Accueil > Ce que sont vraiment les startups

Ce que sont vraiment les startups

Article original écrit par Paul Graham et accessible ici.
Traduction par , publiée le 07 avril 2010.
Licence : Cette traduction est mise à disposition sous un contrat Creative Commons Creative Commons License

(Cet article m'a été inspiré par une discussion lors de la Startup School en 2009.)

Je ne savais pas de quoi parler lors de la Startup School, j'ai donc décidé de demander aux fondateurs de startups que nous avions financé. Qu'est ce que je n'avais pas encore écrit?

Je suis dans la position inhabituelle d'être en mesure de vérifier les articles que j'écris sur les startups. J'espère que ceux sur d'autres sujets sont exacts, mais je n'ai aucun moyen de les vérifier. Les articles sur les startups sont vérifiés par environ 70 personnes tous les 6 mois.

J'ai donc envoyé à tous les fondateurs un courriel leur demandant ce qui les a surpris lors de la création d'une startup. Cela revient à demander ce que j'ai loupé, parce que si j'avais expliqué les choses correctement, rien ne devrait les avoir surpris.

Je suis fier d'annoncer que j'ai reçu une réponse disant:

Ce qui m'a surpris le plus, c'est que tout était effectivement assez prévisible!

La mauvaise nouvelle c'est que j'ai obtenu plus de 100 autres réponses listant les surprises qu'ils ont rencontrées.

Il y avait des similitudes très claires dans les réponses; c'est intéressant de voir combien de fois plusieurs personnes avaient été surpris par exactement la même chose. Les choses qui revenaient le plus étaient :

1. Soyez prudents avec les cofondateurs

Ce fut la surprise mentionnée par la plupart des fondateurs. Il y avait deux types de réponses : que vous devez faire attention à qui vous choisissez comme co-fondateur, et que vous devez travailler dur pour maintenir une bonne relation.

Les sondés auraient voulu faire plus attention au caractère et à l'engagement des cofondateurs lorsqu'ils les ont choisi, plutôt qu'à leurs capacités. Cela était particulièrement vrai pour les startups qui ont échoué. La leçon: ne pas prendre des cofondateurs qui vont se démobiliser.

Voici une réponse typique:

Vous n'avez jamais vu quelqu'un sous son vrai jour tant que vous n'avez pas travaillé avec lui dans une startup.

Le caractère est très important car il est testé plus sévèrement que dans la plupart des autres situations. Un fondateur a déclaré explicitement que les relations entre les fondateurs étaient plus importantes que les capacités (techniques ou autres):

Je préfère cofonder une start-up avec un ami qu'avec un étranger qui a un niveau plus important. Les startups sont si difficiles et intenses au niveau émotionnel que le soutien psychologique et social qui vont de pair avec l'amitié l'emportent sur la capacité supplémentaire perdue.

Nous avons appris cette leçon il y a bien longtemps. Si vous regardez au niveau des demandes faites au YC, il y a plus de questions sur l'engagement et la relation des fondateurs que sur leur capacité.

Les fondateurs de startups qui ont réussies parlaient moins sur le choix des cofondateurs et plus sur la façon dont ils ont travaillé dur pour maintenir leur relation.

Une chose qui m'a surprise, c'est comment la relation des fondateurs évolue d'une amitié à un mariage. Ma relation avec mon co-fondateur a évolué de la simple amitié à voir l'autre tout le temps, être tracassé au sujet des finances et nettoyer la merde. Et la startup est notre bébé. Je le résume comme ceci: «C'est comme si nous étions mariés, mais nous ne faisons pas l'amour".

Plusieurs personnes ont utilisé ce mot "marié". C'est une relation beaucoup plus intense que ce que vous voyez habituellement entre collègues de travail, en partie parce que les contraintes sont d'autant plus grandes, et en partie parce que d'abord les fondateurs sont à eux seuls la société tout entière. Donc, cette relation doit être construite à l'aide de matériaux de qualité supérieure et soigneusement entretenue. C'est la base de tout.

2. Les startups prennent le dessus sur votre vie

Tout comme la relation entre les co-fondateurs est plus forte que ce qu'elle est habituellement entre collègues de travail, il en est de même pour la relation entre les fondateurs et l'entreprise. Lancer une startup n'est pas comme avoir un emploi ou être étudiant, parce que cela ne s'arrête jamais. C'est très loin de l'expérience de la plupart des gens qu'ils ne l'obtiennent pas jusqu'à ce qu'il se passe. [1] Je n'avais pas réalisé que j'allais passé presque tous les moments ou je serais éveillé à travailler ou à penser à notre startup. Vous entrez dans un style de vie totalement différent quand c'est votre entreprise, comparé au fait de travailler pour l'entreprise de quelqu'un d'autre. C'est aggravé par le rythme rapide de la startup, qui fait que le temps semble ralentir :

Je pense que la chose qui a été le plus surprenant pour moi est de voir comment le temps était relatif au point de vue de chacun. En travaillant sur notre startup, je me souviens que le temps avait l'air de s'allonger, de sorte qu'un mois était un intervalle immense.

Dans le meilleur des cas, l'immersion totale peut être passionnante:

Il est surprenant de constater combien vous devenez absorbé par votre startup, dans le fait que vous y pensez jour et nuit, mais sans jamais s'apercevoir que c'est du travail.

Je dois dire que cette citation provient d'une personne que nous avons financée cet été. Dans quelques années, il sera sans doute moins enthousiaste.

3. C'est une montagne russe d'émotions

C'est ce sur quoi un tas de gens a été surpris. Les hauts et les bas étaient plus marqués qu'à ce qu'ils étaient préparées.

Dans une startup, les choses semblent parfaites un instant et sans espoir l'instant d'après. Et par un instant, je veux dire quelques heures plus tard.

Pour moi les hauts et de bas émotionnels ont été la plus grosse surprise. Un jour, on se voyait comme le prochain Google et on rêvait d'acheter des îles; le jour d'après, nous réflechissions sur la façon d'annoncer à nos proches notre échec total, et ainsi de suite.

Le plus dur, évidemment, c'est les bas. Pour beaucoup de créateurs ce fut une grande surprise:

Comme il est difficile de garder motivé tout le monde pendant des jours voir des semaines, et comment les moments .

Après un certain temps, si vous n'avez pas beaucoup de succès pour vous remonter le moral, cela vous use:

Votre conseil les plus élémentaire aux fondateurs est "essayer juste de ne pas couler», mais l'énergie nécessaire pour maintenir l'entreprise à flot au lieu de goûter au succès n'est pas gratuite, elle est puisée dans la propre énergie des fondateurs.

Il y a une limite à ce que vous pouvez puiser. Si vous arrivez au moment où vous ne pouvez plus continuer à travailler, ce n'est pas la fin du monde. Beaucoup de fondateurs célèbres ont connu quelques échecs sur la route.

4. Ça peut être amusant

La bonne nouvelle c'est que les hauts sont également très élevés. Plusieurs fondateurs m'ont dit que ce qui les a le plus surpris à propos de la création d'une startup était de s'apercevoir à quel point c'était amusant:

Je pense que vous avez omis de dire à quel point c'est amusant de créer une startup. Je suis plus épanoui dans mon travail que quasiment n'importe lequel de mes amis qui n'ont pas créé d'entreprises.

Ce qu'ils aiment le plus, c'est la liberté:

Je suis surpris par la façon dont on se sent beaucoup mieux de travailler sur quelque chose qui est stimulant et créatif, ce que je crois, par contraste avec le boulot de mercenaire que je faisais auparavant. Je savais que ça serait mieux; ce qui est étonnant, c'est que c'est beaucoup mieux.

Franchement, si j'ai trompé les gens sur ce point, je ne suis pas impatient de corriger cela. Je préfère que tout le monde pense que le démarrage d'une startup est dur et déprimant plutôt que les fondateurs s'attendent à ce que ce soit amusant, et que quelques mois plus tard ils me disent "C'est censé être amusant? Vous plaisantez?"

La vérité c'est que ce ne sera pas amusant pour la plupart des gens. Beaucoup de ce que nous essayons de faire dans le processus de demande est d'éliminer les gens qui ne l'apprécient pas, tant pour notre bien que pour le leur.

La meilleure façon de serait d'imaginer que le démarrage d'une startup est aussi amusant qu'un un stage de survie, ou ce quelque chose de ce genre. En clair, pas du tout amusant.

5. La persévérance est la clé

Un grand nombre de fondateurs ont été surpris par l'importance de la persévérance pour une startup. C'est à la fois une bonne et une mauvaise surprise: ils ont été surpris à la fois par le degré de persévérance requis

Tout le monde dit combien il faut que vous soyez déterminé et résistant, vous devez être, mais j'ai réalisé que la détermination requise était sous-estimée.

et aussi par le fait que la persévérance permettait de surmonter les obstacles:

Si vous êtes tenace, même les problèmes qui semblent hors de votre contrôle (l'immigration par exemple) semblent se régler.

Plusieurs fondateurs ont mentionné spécifiquement la persévérance comme qualité plus importante que l'intelligence.

J'ai été surpris à plusieurs reprises à quel point la persévérance était plus importante que l'intelligence brute.

Cela s'applique non seulement à l'intelligence mais à la capacité en général, et c'est pourquoi tant de gens ont affirmé que le caractère était le plus important dans le choix des cofondateurs.

6. Penser à long terme

Vous avez besoin de persévérance, parce que tout prend plus de temps que prévu. Beaucoup de gens ont été surpris par cela.

Je suis toujours surpris par le temps qu'il faut pour faire la moindre chose. En supposant que votre produit ne subissent pas la croissance explosive que très peu de produits ont, tout, du développement à la négociation de contrat (surtout la négociation de contrat) semble toujours prendre 2 à 3 fois plus de temps que ce que j'imagine.

L'une des raisons pour laquelle les fondateurs sont surpris, c'est que, parce qu'ils travaillent vite, ils s'attendent à ce que ce soit de même pour les autres. Il y a une quantité énorme de stress à chaque fois qu'une startup est en contact une organisation plus bureaucratiques, comme une grande entreprise ou un fonds de capital-risque. C'est pourquoi la collecte de fonds et le marché des entreprises tuent et mutilent tant de startups. [2]

Mais je pense que la raison pour laquelle les fondateurs sont le plus surpris par le temps qu'il faut, c'est qu'ils sont trop confiants. Ils pensent qu'ils vont connaître un succès instantané, comme YouTube ou Facebook. Vous leur dites qu'1 startup sur 100 connaît un tel succès, et ils croient tous qu'"ils vont être celle la".

Peut-être qu'ils vont écouter l'un des fondateurs qui a le mieux réussi:

La chose la plus importante que je n'avais pas compris avant, c'est que la persévérance est le nom du jeu. Pour la grande majorité des startups qui connaissent le succès, il va y avoir un très long périple, au moins 3 ans et probablement plus de 5.

Il y a un côté positif à la réflexion à plus long terme. Ce n'est pas seulement que vous devez vous résigner que prend plus de temps que prévu. Si vous travaillez patiemment c'est moins stressant, et vous pouvez faire un meilleur travail:

Parce que nous sommes détendus, il est beaucoup plus facile d'avoir du plaisir à faire ce que nous faisons. Finie l'énergie la mauvaise énergie qui découle du besoin désespéré de ne pas échouer. Nous pouvons nous concentrer sur ce qui est le mieux pour notre société, notre produit, nos employés et nos clients.

C'est pour cela que les choses deviennent tellement mieux quand vous atteigniez le seuil de rentabilité. Vous pouvez passer à un autre mode de travail.

7. Beaucoup de petites choses

Nous soulignons souvent le fait qu'il est rare pour les startups de gagner parce qu'ils ont une idée magique. Je pense que les fondateurs l'ont désormais imprimé dans leurs têtes. Mais beaucoup ont été surpris de trouver que cela s'applique aussi au sein des startups. Vous avez beaucoup de choses différentes à faire:

C'est beaucoup plus d'une corvée que quelque chose de brillant. On aurait plus de chances de me surprendre sur la piste d'un étrange bug lors du chargement de DLL sous un Windows suédois, ou sur la piste d'un bug dans la feuille de calcul Excel du modèle financier de la veille avant une réunion du conseil, plutôt que d'avoir des idées stratégiques lumineuses.

La plupart des fondateurs développeurs voudrait passer toute leur temps à programmer. Vous ne le pourrez pas, sauf si vous échouez. Ce qui peut être transformé en : si vous dépensez tout votre temps à programmer, vous allez échouer.

Le principe s'étend même dans la programmation. Il y a rarement un seul bout de code brillant qui assure le succès:

J'ai appris à ne jamais parier sur aucune des fonctions ou de traiter pour Ce n'est jamais qu'une seule chose. Chaque chose représente une petite amélioration, et vous avez juste à continuer à faire beaucoup de ces choses jusqu'à ce que vous quelque chose vous frappe.

Même dans les rares cas où une bidouille fait votre fortune, vous ne le saurez probablement que beaucoup plus tard:

Les "killer features" n'existent pas. Ou du moins, vous ne saurez pas lesquelles est ce.

Donc, la meilleure stratégie consiste à essayer des tas de choses différentes. La raison pour laquelle il ne faut pas mettre tous vos œufs dans le même panier n'est pas celle, habituelle, qui s'applique même lorsque vous savez quel panier est le meilleur. Dans une startup que vous ne le savez même pas.

8. Commencez par quelque chose de minimal

Beaucoup de fondateurs ont indiqué combien il était important de se lancer avec la chose la plus simple possible. Tout le monde sait que vous devriez sortir une version rapidement et itérern. C'est pratiquement un mantra à YC. Mais beaucoup de personnes n'ont quand même pas suivi ce conseil:

Construisez la plus petite chose qui peut être considéré comme une application complète et lancez la.

Pourquoi les gens prennent trop de temps sur la première version? Surtout par fierté. Ils ont horreur de sortir quelque chose qui pourrait être mieux. Ils s'inquiètent de ce que les gens vont dire à leur sujet. Mais vous devez surmonter ceci:

Faire quelque chose de "simple" à première vue ne signifie pas que vous ne faites pas quelque chose de significatif, de défendable, ou de précieux.

Ne vous inquiétez pas de ce que les gens vont dire. Si votre première version est tellement impressionnante que les trolls ne se moque pas de celui-ci, vous avez attendu trop longtemps pour le lancement. [3].

Un fondateur estiment que cela devrait être votre approche pour l'ensemble de la programmation, et pas seulement pour startups, et j'ai tendance à être d'accord avec lui.

Maintenant, lorsque je programme, j'essaie de penser : «Comment puis-je coder de telle façon que si quelqu'un lise mon code, il serait étonné de voir combien il est court et combien il réalise peu de choses?"

Le trop d'ingénierie est un poison. Ce n'est pas comme si vous travailliez pour gagner plus. Cela ressemble plus à un mensonge que vous avez alors à vous rappeler pour ne pas le contredire.

9. Faire participer les utilisateurs

Le développement produit est une conversation avec l'utilisateur qui ne commence vraiment qu'à partir du lancement. Avant de vous lancer, vous êtes comme un dessinateur de la police avant qu'il ait montré la première version de son esquisse au témoin.

C'est tellement important de se lancer vite qu'il vaut mieux penser à votre version initiale non pas comme à un produit, mais comme à un truc qui puisse permettre aux utilisateurs de commencer à parler de vous.

J'ai appris à réfléchir sur les étapes initiales d'une startup comme une expérience géante. Tous les produits devraient être considérés comme des expériences, et ceux qui ont un marché montrent des résultats prometteurs extrêmement rapidement.

Une fois que vous aurez commencé à discuter avec les utilisateurs, je vous garantie que vous serez surpris par ce qu'ils vous disent.

Lorsque vous demandez à vos clients de vous dire ce qu'ils cherchent, ils vont souvent vous révéler des détails extraordinaires sur ce qu'ils trouvent utiles ainsi ce qu'ils sont prêts à payer.

La surprise est généralement aussi bien positive que négative. Ils ne vont pas aimer ce que vous avez construit, mais il y aura d'autres choses qu'ils aimeront qui sera facile d'ajouter. La conversation ne peut commencer que lorsque vous avez lancé la mauvaise chose et qu'ils peuvent exprimer (ou peut-être même se rendre compte de) ce qu'ils recherchent.

10. Changer d'idée

Pour bénéficier de l'engagement des utilisateurs, vous devez être prêt à changer votre idée. Nous avons toujours encouragé les fondateurs à voir une idée de démarrage comme une hypothèse plutôt qu'un plan directeur. Et pourtant ils sont toujours surpris de voir comment cela fonctionne pour changer d'idée.

Normalement, si tu te plains de quelque chose qui est dur, le conseil général est de travailler plus dur. Avec une startup, je pense que vous devriez trouver un problème qui vous est facile à résoudre. L'optimisation dans l'espace solution est familier et simple, mais vous pouvez faire des gains énormes en jouant autour de l'espace problème.

Considérant que la simple détermination, sans flexibilité, est un algorithme glouton qui ne vous permet d'obtenir rien de plus que le maximum local médiocre:

Quand quelqu'un est déterminé, il y a toujours un risque que il suive un chemin long et difficile qui mène nulle part.

Vous voulez avancer, mais en même temps tourner pour trouver la voie la plus prometteuse. Un fondateur me l'a dit très succinctement:

L'itération rapide est la clé du succès.

Une des raisons pour laquelle ce conseil est si difficile à suivre est que les gens ne réalisent pas à quel point il est difficile de juger des idées de startups, en particulier les leur. Les fondateurs expérimentés ont appris à garder leur esprit ouvert:

Maintenant, je ne ris plus à des idées, parce que j'ai réalisé à quel point j'étais médiocre pour savoir si elles étaient bonnes ou non.

On ne peut jamais dire ce qui va fonctionner. Vous avez juste à faire ce qui semble le mieux à chaque point. Nous le faisons avec YC elle-même. Nous ne savons toujours pas si cela va fonctionner, mais il semble que ce soit une hypothèse décente.

11. Ne vous inquiétez pas des concurrents

Quand vous pensez que vous avez une bonne idée, c'est un peu comme avoir une conscience coupable de quelque chose. Tout le monde à l'air de vous regarder drôlement, et vous pensez «Oh mon Dieu, ils savent."

Ces alarmes sont presque toujours fausses:

Les entreprises qui semblaient être des concurrents et des menaces à première vue, ne le sont généralement jamais quand on a vraiment regardé. Même si elles opéraient dans la même région, elles avaient un objectif différent.

Si bien des gens réagissent de façon excessive face à des concurrents, c'est qu'ils surestiment les idées. Si les idées étaient vraiment la clé, un concurrent qui aurait la même idée serait une menace réelle. Mais c'est généralement l'exécution qui importe:

Toutes les crises induites par le fait qu'un nouveau concurrent débarque sont oubliées quelques semaines plus tard. Il faut toujours revenir à votre propre produit et à votre'approche du marché.

Ceci est généralement vrai même si les concurrents obteniennent beaucoup d'attention.

Les concurrents bien vu par les blogueurs ne sont pas vraiment les gagnants et peuvent être rayés de la carte rapidement. Vous avez besoin des clients, après tout.

Le battage publicitaire ne rend pas les utilisateurs satisfaits, du moins pas pour une chose aussi compliquée que la technologie.

12. C'est dur d'avoir des utilisateurs

Un grand nombre de fondateurs se sont plaints de la difficulté à avoir des utilisateurs.

Je n'avais aucune idée de combien de temps et des efforts nécessaires pour atteindre les utilisateurs.

C'est un sujet compliqué. Lorsque vous ne pouvez pas avoir d'utilisateurs, il est difficile de dire si le problème est le manque d'exposition, ou si le produit est tout simplement mauvais. Même de bons produits peuvent être bloqués par le fait de changer de produit ou par les coûts d'intégration:

Amener les gens à utiliser un nouveau service est incroyablement difficile. Cela est particulièrement vrai pour un service que d'autres entreprises peuvent utiliser, car il est nécessaire que leurs développeurs fassent une partie du travail. Si vous êtes petit, ils ne pensent pas que c'est urgent. [4].

La plus forte critique de la YC venait d'un fondateur qui disait que nous ne nous concentrions pas assez sur l'acquisition de clients:

YC prêche "faire quelque chose que les gens veulenbt" comme une tâche d'ingénierie, un flot sans fin de fonction après fonction jusqu'à ce que suffisamment de gens soient heureux et que l'application prenne son envol. Il y a très peu d'accent sur le coût d'acquisition des clients.

Cette peut-être vrai, c'est peut être quelque chose que nous avons besoin de corriger, en particulier pour des applications comme les jeux. Si vous faites quelque chose où les difficultés sont essentiellement d'ordre technique, vous pouvez compter sur le bouche à oreille, comme Google l'a fait. Un fondateur a été surpris par la façon dont cela a marché pour lui:

Il y a une peur irrationnelle que personne ne va acheter votre produit. Mais si vous travaillez dur et progressivement à le rendre meilleur, il n'y a pas lieu de s'inquiéter.

Mais avec d'autres types de startups vous pouvez gagner moins par des nouvelles fonctionnalités et plus par des nouveaux contrats et du marketing.

13. S'attendre au pire avec les transactions

Les affaires n'aboutissent pas C'est une constante du monde des startups. Les startups sont impuissantes, et les bonnes idées de startups semblent généralement mauvaises. Donc tout le monde est nerveux à la conclusion de transactions avec vous, et vous n'avez aucun moyen de les faire.

Cela est particulièrement vrai avec les investisseurs:

Rétrospectivement, il aurait été beaucoup mieux si nous avions travaillé dans l'hypothèse que nous n'aurions jamais d'investissement supplémentaire. Ce qui nous auraient permis de rechercher des sources de revenus plus rapidement.

Mon conseil est généralement pessimiste. Supposons que vous n'obtiendrez pas d'argent, et si personne ne vous en offre, supposons que vous n'obtiendrez jamais plus.

Si quelqu'un vous offre de l'argent, prenez-le. Vous le dites souvent, mais je pense qu'il faut encore plus le souligner. Nous avons eu l'occasion de réunir beaucoup plus d'argent que nous l'avions fait l'année dernière et j'espère que nous l'aurons.

Pourquoi les fondateurs m'ignorent? Principalement parce que ils sont optimistes par nature. L'erreur est d'être optimiste au sujet des choses que vous ne pouvez pas contrôler. Soyez optimiste quant à votre capacité de faire quelque chose de grand. Mais vous allez avoir des ennuis si vous êtes optimiste quant aux grandes entreprises ou aux investisseurs.

14. Les investisseurs ne savent rien de rien

Un grand nombre de fondateurs ont indiqué comment ils ont été surpris par l'incompréhension des investisseurs:

Ils ne savent même pas les trucs dans lesquels ils investissent. J'ai rencontré certains investisseurs qui avaient investi dans un dispositif matériel et lorsque je leur demandais de me faire une démo de l'appareil ils avaient du mal à l'allumer.

Les business angels sont un peu mieux que les capitaux risqueurs, parce qu'ils ont habituellement eux-mêmes de l'expérience dans les startups:

La moitié du temps les investisseurs en capital-risque ne connaissent pas ce dont ils parlent et sont en retard dans leur pensée. Quelques-uns étaient bien, mais 95% des investisseurs avec lesquels nous avons traité n'étaient pas professionnels, ne semblaient pas être très bon pour les affaires ou pour toute sorte de vision créative. Les business angels sont été généralement bien mieux pour parler.

Pourquoi les fondateurs sont surpris que les investisseurs en capital-risque ne savent rien de rien? Je pense que c'est parce qu'ils semblent si brillants.

Le investisseurs en capital-risque semblent brillants, parce que c'est que c'est leur métier. Vous devenez investisseur en capital-risque en tentant de convaincre les gestionnaires d'actifs de vous faire confiance, avec des centaines de millions de dollars. Mais comment faire? Vous devez sembler confiant, et vous devez faire comme si vous compreniez bien la technologie. [5]

15. Vous devez jouer un jeu

Parce que les investisseurs sont si mauvais à vous juger, vous devez travailler plus dur que vous le pensez à vous vendre vous-même. Un fondateur m'a dit que la chose qui l'avait le plus surpris c'était

à quel point feindre la certitude impressionnait les investisseurs.

Ceci est la chose qui m'a surpris pour la plupart des expériences des fondateurs de YC. Cet été, nous avons invité quelques-uns des anciens élèves à parler aux nouvelles startups au sujet du financement, et à peu près 100% de leurs conseils ont été sur la psychologie des investisseurs. Je croyais être cynique au sujet des capitaux risqueurs, mais les fondateurs ont été beaucoup plus cyniques.

Beaucoup de fondateurs de startups se donnent juste des airs. Ça marche.

Les investisseurs en capital-risque n'ont aucune conscience que les startups qu'ils préfèrent sont celles qui savent le mieux se vendre aux investisseurs en capital-risque. [6] C'est exactement le même phénomène que nous avons vu dans l'étape précédente. Les capitaux risqueurs obtiennent de l'argent en ayant l'air confiant face aux investisseurs, et les fondateurs obtiennent de l'argent en ayant l'air confiant face aux capitaux risqueurs.

16. La chance est un facture important

Avec deux liens tellement aléatoires entre les startups et l'argent, il ne devrait pas être surprenant que la chance soit un facteur important dans les transactions. Et pourtant un grand nombre de fondateurs sont surpris par celle ci.

Je ne réalisais pas à quel point la chance joue un rôle important et quelle est hors de notre contrôle.

Si vous pensez que aux startups célèbres, il est assez clair que la chance joue un rôle important. Où en serait Microsoft si IBM avait insisté sur une licence exclusive pour DOS?

Pourquoi les fondateurs sont ? Les ne sont probablement pas, mais les hackers sont habitués à un monde où la compétence est primordiale, et vous obtenez ce que vous méritez.

Quand nous avons commencé notre startup, j'avais avalé le blah blah du rêve d'un fondateur de startup : que c'est un jeu de talent. Il est, à certains égards. Avoir du talent est précieux. Mais être chanceux est l'ingrédient essentiel.

En fait, le meilleur modèle serait de dire que le résultat est le fruit du talent, de la détermination et de la chance. Peu importe combien de compétence et détermination vous disposez, si vous n'êtes pas chanceux, le résultat est nul.

Ces citations ne proviennent pas de fondateurs dont les startups ont échoué. Les fondateurs qui échouent ont tendance à rapidement se blâmer eux mêmes. Les fondateurs qui réussissent ne se rendent pas compte en général de la chance qu'ils ont. C'est ceux qui sont au milieu qui voient combien la chance est importante.

17. La valeur de la communauté

Un nombre surprenant de fondateurs a déclaré ce qui les a le plus surpris lors du démarrage d'une startup a été la valeur de la communauté. Certains désignaient la mini communauté de créateurs de YC:

L'immense valeur du groupe de pairs des sociétés YC, et le fait de de faire face à des obstacles similaires aux mêmes moments.

ce qui ne devrait pas être plus surprenant que, parce que c'est la raison pour laquelle il est structuré de cette façon. D'autres ont été surpris par la valeur de la communauté de la startup dans un sens plus large:

Il est vraiment avantageux de vivre dans la Silicon Valley, où on ne peut pas s'empêcher de connaître toutes les nouvelles technologies de pointe, avoir des nouvelles de startups, et rencontrer constamment des gens utiles.

La seule chose spécifique qui les a surpris le plus, c'est l'esprit général de la bienveillance:

L'une des choses les plus surprenantes que j'ai vu était la volonté des gens pour nous aider. Même les gens qui n'avaient rien à gagner ont essayé d'aider notre startup à réussir.

et en particulier la façon dont cela s'étend jusqu'au sommet :

La surprise pour moi a été le degré d'accessibilité des personnes importantes et intéressantes. C'est incroyable de voir avec quelle facilité vous pouvez toucher des gens et obtenir une rétroaction immédiate.

C'est l'une des raisons pour laquelle j'aime faire partie de ce monde. La création de richesse n'est pas un jeu à somme nulle, donc vous n'avez pas besoin de poignarder des gens dans le dos pour gagner.

18 Vous n'obtenez pas de respect

Il y avait une surprise que les fondateurs ont mentionné et que je l'avais oubliée : qu'en dehors du monde des startups, les fondateurs de startups n'obtiennent pas de respect.

Dans les échanges sociaux, j'ai constaté que j'avais beaucoup plus de respect quand je disais, "J'ai travaillé sur Microsoft Office" au lieu de dire "je travaille dans une petite startup que vous n'avez jamais entendu parler appelée X."

C'est en partie parce que le reste du monde ne comprend tout simplement pas les startups, et en partie c'est une autre conséquence du fait que la plupart des idées de startups semblent mauvaises:

Si vous expliquez votre idée à une personne prise au hasard, 95% du temps, vous allez vous rendre compte que la personne pense instinctivement que l'idée sera un flop et que vous perdez votre temps (bien qu'il ne sera probablement pas le dire directement).

Malheureusement, cela s'étend même aux rencontres amoureuses:

Cela m'a surpris qu'être un fondateur de startups ne donne pas beaucoup plus d'admiration auprès des femmes.

Je le savais, mais j'avais oublié de le préciser.

19. Les choses changent à mesure que vous vous développez

La dernière grosse surprise que les fondateurs ont mentionné est combien les choses changent à mesure qu'ils se développent. Le plus gros changement est que vous avez obtenu de programme encore moins:

Votre travail en tant que fondateur technique / chef de startup est complètement réécrit tous les 6-12 mois. Moins de développement, plus de gestion/planification/construction d'entreprise, d'embauche, de nettoyage des dégâts, et en général arranger les choses pour ce qui s'est arrivé depuis quelques mois maintenant.

En particulier, vous avez maintenant à traiter avec les employés, qui ont souvent des motivations différentes:

Je connaissais l'équation fondatrice et j'étais concentré sur elle depuis que je voulais créer une startup à l'age de 19 ans. L'équation des employés est très différente donc il m'a fallu un certain temps pour la trouver.

Heureusement, cela peut devenir beaucoup moins stressant lorsque vous atteignez l'altitude de croisière:

Je dirais que 75% de la contrainte est partie maintenant comparé à lorsque nous avons commencé. Diriger une entreprise est d'autant plus agréable maintenant. Nous sommes plus confiants. Nous sommes plus patients. Nous nous battons moins. Nous dormons plus.

Je voudrais pouvoir dire que c'était de cette façon pour chaque nouvelle startup qui a réussie, mais 75% est probablement une valeur élevée.

Le Super-modèle

Il y avait quelques autres modèles, mais ceux ci étaient les plus importants. Une première pensée quand on les regarde tous, est de se demander si il y a un super-modèle, un modèle pour les modèles.

Je l'ai vu tout de suite, tout comme l'un des fondateurs YC lorsque j'ai lu la liste. Ce sont censés être des surprises, des choses que je ne dit pas aux gens. Qu'est-ce qu'ils ont tous en commun? Ce sont toutes des choses que je dis aux gens. Si j'écrivais un nouvel essai avec le même schéma que celui ci mais sans résumer les réponses des fondateurs, tout le monde dirait que je n'avais plus d'idées et que j'étais en train de me répéter.

Que se passe-t-il ici?

Quand je regarde les réponses, le thème commun est que lancer une startup était comme je l'avais dit, mais d'une certaine manière encore plus. Les gens ne semblent pas comprendre combien c'est différent jusqu'à ce qu'ils le fassent. Pourquoi ? La clé de ce mystère est de poser, différent de quoi? Une fois tournée de cette façon, la réponse est évidente: d'un emploi. Le modèlepour tout le monde est un travail. C'est omniprésent. Même si vous n'avez jamais eu d'emploi, vos parents en avaient probablement un, ainsi que pratiquement tous les autres adultes que vous avez rencontrés.

Inconsciemment, tout le monde s'attend à ce qu'un startup soit comme un travail, et cela explique la plupart des surprises. Cela explique pourquoi les gens sont surpris du soin avec lequel vous devez choisir les cofondateurs et combien il faut travailler à maintenir votre relation. Vous n'avez pas à le faire avec vos collègues. Elle explique pourquoi les hauts et les bas sont étonnamment extrêmes. Dans un travail il y a beaucoup plus d'amortissement. Mais cela explique aussi pourquoi le bon temps est étonnamment bon : la plupart des gens ne peuvent pas imaginer une telle liberté. Plus vous descendez dans la liste et plus les surprises rappellent combien une startup diffère d'un emploi.

Vous ne pouvez probablement pas surmonter quelque chose d'aussi universel que le modèle de travail avec lequel vous avez grandi. Donc, la meilleure solution est d'être conscient de cela. Quand vous allez démarrer une startup, vous allez penser "tout le monde dit que c'est vraiment extrême." Votre pensée suivante sera sans doute «mais je ne peux pas croire que ce sera si mal." Si vous voulez éviter d'être surpris, la pensée qui suit celle qui doit être: "et la raison pour laquelle je ne peux pas croire ce sera que mauvaise, c'est que mon modèle de travail est un travail."







Remarques

[1] Les étudiants diplômés pourraient le comprendre. À l'université vous estimez toujours que vous devez travailler sur votre thèse. Cela ne se termine pas à chaque semestre comme pour les autres cours.

[2] Le meilleur moyen pour une startup de s'engager avec des organisations lentes est de de distinguer chaque processus lorsque vous traiter avec eux. C'est quand ils sont sur le chemin critique qu'ils vous tuent, quand vous comptez sur la signature d'un accord pour avancer. C'est important de prendre des mesures extrêmes pour éviter cela.

[3] Il s'agit d'une variante du principe de Reid Hoffman, qui dit que si vous n'êtes pas gêné par ce que vous allez lancer, c'est que vous avez attendu trop longtemps pour le lancer.

[4] La question à se poser sur ce que vous avez construit n'est pas si c'est bon, mais si c'est bien assez pour fournir l'énergie d'activation nécessaire.

[5] Certains capitaux risqueurs semblent comprendre la technologie, parce qu'ils le font réellement, mais c'est exagéré; le test de la définition est de savoir si vous pouvez parler suffisamment bien pour convaincre les commanditaires.

[6] C'est le même phénomène que vous voyez avec les entrepreneurs de la défense ou les marques de mode. Plus les clients sont bêtes, plus vous dépenser de l'énergie à leur vendre des choses plutôt qu'à faire les choses que vous vendez.

Merci: à Jessica Livingston pour la relecture des brouillons et à tous les fondateurs qui ont répondu à mon courriel.
Des erreurs ? Merci de me les signaler : | Accueil du site traduction.cc